17 novembre 2017

Les romanciers du Jour

 

Les éditions du Jour ont été fondées en 1961 par le journaliste Jacques Hébert. On connaît tous la petite histoire. Hébert était déjà un auteur de récits de voyages aguerri lorsqu’il s’acoquine avec Edgar L'espérance pour fonder les éditions de l’Homme en 1958. Ils publient deux grands succès L’assassin de Coffin et Les insolences du frère Untel. Hébert quitte le bateau pour obtenir plus de liberté, entre autres pour publier des romanciers. Au fil du temps, la maison va faire paraître toutes sortes de livres avant de s’éteindre en 1981.

Plusieurs collections vont voir « le jour » : Romanciers du Jour, Poètes du Jour, Proses du jour, Littérature du Jour, Théâtre du jour et Bibliothèque québécoise.

On peut dire que les éditions du Jour ont joué un rôle important dans le renouvellement de la littérature québécoise, ne serait-ce que par l’audace formelle et le ton iconoclaste de certaines œuvres. La période faste, selon Claude Janelle qui leur a consacré un livre en 1983, se situe entre 1968-1974. En 1973, VLB abandonne la maison pour des raisons politiques et Jacques Hebert le suit un an plus tard. À partir de ce moment, Le Jour devient une aventure plus commerciale que littéraire, et décline jusqu’à sa disparition en 1981. 

Au départ, Hébert va certes repêcher quelques noms connus, comme Yves Thériault, Marie-Claire Blais, Gérard Bessette et Jacques Ferron, mais il va surtout offrir une tribune formidable à de nouveaux auteurs : Roch Carrier, Victor Lévy-Beaulieu, Hélène Ouvrard, Jacques Poulin. André Major et Victor-Levy Beaulieu vont beaucoup contribuer au succès de l’entreprise en occupant la direction littéraire. Une saison dans la vie d’Emmanuel, prix Femina 1966, le 16e roman de la collection, demeure sans doute le moment-phare de la maison.

Dans cette présentation, on s’intéresse uniquement aux Romanciers du Jour. La collection comprend 132 romans. J’ai déjà blogué 12 des 15 premiers titres. Dans les semaines qui suivent, je vais présenter Le grand roman d'un petit homme, La jument des Mongols, La fleur de peau… et peut-être Une saison dans la vie d’Emmanuel si j’ose cette xième relecture.

  1. Marcel Godin. La cruauté des faibles, 1961
  2. Jean-Louis Gagnon. La mort d’un nègre, 1961
  3. Charlotte Savary. Le député, 1961
  4. Marie-Claire Blais. Le jour est noir, 1961
  5. Roland Lorrain. Perdre la tête, 1962
  6. Jean-Paul Filion. Un homme en laisse, 1962
  7. Andrée Maillet. Les Montréalais, 1963 (1er livre avec la couverture si caractéristique)
  8. Claire Mandat. Poupée, 1963
  9. Jean Basile. Lorenzo, 1963
  10. Yves Thériault. Le grand roman d'un petit homme, 1964
  11. Yves Thériault. La rose de pierre, 1964
  12. Roch Carrier. Jolis deuils , 1964
  13. Jean Basile. La Jument des Mongols, 1964
  14. Andrée Maillet. Les Remparts de Québec, 1965
  15. Hélène Ouvrard. La fleur de peau, 1965

Aucun commentaire: